Quel est le profil « type » d’un chômeur en France

Le chômage figure en tête de liste des préoccupations des Français. Ce phénomène intéresse directement les personnes sans emploi mais aussi ceux encore en activité qui ne sont pas définitivement à l’abri. Voici le portrait-robot du chômeur Français.

Qui est le chômeur en France ?

D’après les données de l’Unedic, on a recensé 3,45 millions de demandeurs d’emplois indemnisés en France à la fin du premier semestre 2016. 1,6 millions d’entre eux, soit un peu moins de la moitié, ont signé un contrat pour un travail à temps partiel, parfois seulement de quelques heures par mois. Parallèlement, ils ont effectué une démarche auprès du Pôle emploi.

Sur l’ensemble des demandeurs d’emplois, environ 60% ne sont pas bacheliers, 21% sont titulaires d’un Bac+2 et 25% ont décroché un BEP ou un CAP. Par ailleurs, 25% ont plus de 50 ans et 13% ont moins de 25 ans. Ce ne sont pas tous les allocataires qui bénéficient réellement d’un versement.

En effet, seuls 2,51 millions touchent une partie de leurs allocations, le reste n’y ayant pas finalement droit du fait de revenus d’activité trop élevés pour pouvoir profiter d’une indemnisation. Toutefois, ils restent couverts par l’Assurance chômage. En moyenne, 1 chômeur sur 2 exerce un emploi. En France, 49% des chômeurs sont des hommes et 51% des femmes.

Parmi 3,45 millions de demandeurs d’emplois, nombreux sont ceux qui souffre de problème financiers temporaire pour qui il existe des solutions.

La part des allocations consommées

Toujours d’après les informations recueillies par l’Unedic, la plupart des allocataires sortent d’indemnisation même si leur droit aux allocations n’arrive pas à échéance. En moyenne, ce sont 68% des allocations versées durant environ 10 mois qui sont utilisées par leur bénéficiaire. 44% des sorties d’indemnisation concernent des allocataires qui ont consommé la totalité de leur droit et 70% ont en bénéficié sur une période de 12 mois.

Le motif de sortie varie d’un cas à un autre et peut être la fin de droit, le départ à la retraite, la reprise d’emploi…En outre, 1 allocataire sur 4 a une durée maximale de droit au chômage inférieure à un an tandis que 16% des allocataires touchent une indemnisation sur une période de 2 ans ou plus. Concernant les jeunes, la durée est plus faible avec moins d’un an pour 37% des allocataires de moins de 25 ans. Les seniors de 50 ans et plus sont 12% à bénéficier d’un droit au chômage de moins d’un an.

La durée de droit maximale définit le type de contrat perdu

Environ 50% des personnes qui perçoivent des allocations sont indemnisées après la rupture d’un contrat à durée limitée (mission d’intérim ou CDD). 16% des allocataires sont en chômage suite à une rupture conventionnelle et 9% ont subi un licenciement économique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *