Comprendre les croyances du bouddhisme en quelques points

Selon les estimations récentes, le nombre de bouddhistes dans le monde atteint jusqu’à 2, 3 milliards de fidèles. Cette croyance ne cesse de séduire de plus en plus d’adeptes à ce jour. Mis à part des pays asiatiques, le bouddhisme gagne également du terrain en Occident. La question se pose alors sur les principes de cette doctrine.

Les vérités fondamentales du bouddhisme

C’est Siddhartha Gautama dite aussi Bouddha qui a fondé le bouddhisme au cinquième siècle avant J-C. L’enseignement a vu le jour pour la première fois en Inde. Il est largement diffusé deux siècles plus tard partout dans le monde entier. Qu’il s’agisse d’une pratique ou d’une  religion, les bases de la doctrine se reposent sur le chemin vers le bonheur et la libération. Pour parvenir à ses fins, la méditation constitue un élément-clé à prendre en compte. Cette pratique n’a pas la même signification en Occident,  car l’objectif suprême consiste à atteindre le Nirvana. Il s’agit de l’étape ultime où l’âme se détache de toutes les formes des envies charnelles et laisse la place à l’éveil. Pour ce faire, les adeptes s’évertuent à comprendre ce qui est important. Ils affermissent les esprits pour renier facilement les désirs.

Beaucoup de chercheurs définissent le bouddhisme comme une philosophie de bonheur. Il faut dépasser l’illusion et le désir égocentrique qui engendrent la souffrance. La doctrine valorise  la place à l’amour à travers la bienveillance envers les autres.

À l’avancée de la technologie, il devient facile et rapide d’acheter le  statut bouddha. Pour ce faire, il suffit de consulter une boutique d’artisanat et d’antiquités en ligne.

Les différentes grandes écoles du bouddhisme

Parmi les plus connus, le Theravada constitue l’école la plus ancienne du bouddhisme. Bon nombre de spécialistes le classent comme l’enseignement le plus proche du bouddhisme primitif. Le but ultime est de se libérer des désirs du corps pour s’approcher de  la voie de l’éveil.

Concernant le Mahayana, cette réforme de l’école du bouddhisme affirme qu’il reste insuffisant d’avancer sur ce chemin. Il faut être voué à l’éveil. Pour arriver à ses fins, il faut se priver de son propre Nirvana.

Quant au bouddhisme tibétain connu sous le nom de Vajrayana, la doctrine se définit comme une école du diamant. Celui-ci symbolise la force qui nuit l’illusion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *